Rechercher
  • latelierdejp

La photo de rue sous la pluie ...

S'il est plus agréable de déambuler au soleil dans toutes les villes du monde, ce n'est toutefois pas la "meilleure lumière", à moins de choisir son heure de sortie, pour éviter les ombres trop marquées, notamment sur les visages.


Quoique jouer avec les ombres, les contre-jours soit aussi un exercice de style qui permette de laisser parler l'imagination de chacun.


Généralement, le meilleur temps pour sortir est sous un ciel laiteux, voire nuageux, qui diffuse mieux la lumière et la rend plus uniforme. C'est parfois trompeur car la luminosité n'en sera pas moindre, mais mieux répartie.


Et puis, il y a les jours de pluie ...


Les photographes rechignent à mettre sous l'ondée leur précieux appareil. Et au prix où ils sont, je les comprends. C'est une des raisons qui me fait tant aimer les appareils de seconde main (bien choisis).


Sachez cependant que la plupart des appareils "experts" sont au moins "tropicalisés", c.-à-d. traités pour résister à la pluie. Une multitude de joints sont répartis judicieusement là où l'eau pourrait s'infiltrer dans les mécanismes précis de vos boitiers et de vos objectifs.


Ceci ne veut pas dire que vous pouvez les immerger dans l'eau mais ils résisteront sans problème à une averse, même soutenue (genre "drache nationale" en Belgique !).


Mais même si vous possédez un appareil moins sophistiqué (ou plus ancien, comme mes vieux télémétriques argentiques), la pluie ne doit pas être un frein à vos sorties.


La première raison est qu'en temps pluvieux, les promeneurs sont moins attentifs à vous, photographe, trop occupés à éviter les flaques, les giclées provoquées par les véhicules, les pavés ou dalles mal sertis sur les trottoirs. Ils regardent généralement leurs pieds et vaguement autour d'eux.


La seconde raison est que les jeux de couleurs, de buée, de gouttelettes, d'eau qui coule, ... offrent des variations à l'infini. Il vous suffit parfois de vous poster à un endroit judicieux pour capter ces moments savoureux. Un abri-bus par exemple, où vous pourrez photographier les personnes qui attendent, à travers les vitres de l'abri. Vous pourriez aussi être à l'abri dans un café, un snack, et photographier à travers la vitre, vers l'extérieur, le passage des passants pressés. Tous les scenarii sont possibles, laissez parler votre imagination.


La troisième raison est que de magnifiques reflets vont voir le jour, sur les sols mouillés, dans les flaques créées par les averses ... et vous verrez le monde à l'envers, créant des images surprenantes ...


La quatrième raison est qu'il suffit de peu de chose pour protéger votre matériel de la pluie. Si vous avez revêtu un poncho, certes peu élégant mais tellement pratique, il vous suffit de cacher votre appareil dessous entre deux scènes intéressantes. Ou de le glisser dans la poche de votre imperméable s'il n'est pas trop volumineux. Ou, tout simplement, le mettre dans votre sac, qui doit aussi résister à l'eau (la plupart des grandes marques le font)


Mais, surtout, ayez toujours avec vous un carré en micro-fibres absorbantes pour essuyer rapidement votre appareil avant de le mettre à l'abri, même momentané. L'avantage de ces chiffons en micro-fibre est de pouvoir être essorés rapidement, d'absorber à nouveau et de sécher relativement vite.


Si, d'aventure, vous vous posez dans un bistrot pour refaire vos forces, changer de batterie (le froid peut accélérer le déchargement de vos précieux accus), que sais-je encore, profitez en pour effectuer un séchage plus approfondi tout en veillant à éviter la condensation, plus dangereuse pour l'électronique des boitiers que les quelques gouttes qui coulent sur leur capot.


Ne jetez plus jamais les petits sachets de silicate que vous trouverez dans certains de vos achats, mais glissez les dans votre sac photo. Et s'ils sont humides à la fin de la journée, c'est qu'ils ont bien fait leur boulot et un simple petit passage de quelques secondes au micro-ondes leur rendra toute leur efficacité.


En résumé, ne laissez pas la pluie vous arrêter. Quelques précautions de base vous éviteront des désagréments et des dommages à vos appareils et objectifs.


Ceci étant, pour être tout à fait honnête avec vous, je devrais aussi sortir plus sous les gouttes, d'autant que la Belgique (même si son climat change doucement) est un pays souvent arrosé !


Vous trouverez quelques photos de sorties après la pluie mais sur mon autre site ICI, elles ne sont pas vraiment photos de rue (encore).


Mais promis, à la prochaine averse, je sors et vous mets le résultat sur le site.





4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout